FSU Nord
Fédération Syndicale Unitaire Section Départementale Nord

Fédération Syndicale Unitaire
Section Départementale Nord
Bourse du travail
276 boulevard de l’Usine
59800 Lille

Pétition pour le respect de nos droits : PAS TOUCHE AUX CAP ET CHSCT !

Le 25 mai dernier, le gouvernement a présenté aux organisations syndicales son projet pour affaiblir la représentation des personnels et les capacités d’intervention des élu.es. C’est un très mauvais coup qui serait porté aux droits statutaires, à l’exigence de transparence des choix de gestion des carrières, par l’administration et à l’égalité de traitement auquel chacun.e peut prétendre de par son statut.

En effet, le gouvernement prévoit de réduire le nombre de CAP et de supprimer leurs compétences, privant les élu.es des personnels :
• de proposer et de gagner des améliorations sur les projets de tableaux de mutation,
• de défendre les situations individuelles et collectives pour les déroulements de carrière (avancement, promotion),
• de garantir les droits des personnels soumis à procédure disciplinaire (certaines sanctions seraient prises sans consultation de la CAP par la hiérarchie).

Le rôle des CAP serait réduit aux situations de recours des agents. Ce à quoi le gouvernement s’attaque, c’est simplement au droit statutaire des personnels à se défendre, à faire valoir leur situation et leur parole pour ce qui relève de leur carrière.

Non content de s’attaquer aux CAP, le gouvernement prévoit de faire disparaître les CHSCT en les fusionnant dans les CT. C’est révélateur du bien peu de cas qu’il fait des conditions de travail.

La FSU est déterminée à faire reculer le gouvernement. Elle appelle les personnels à s’engager dans cette bataille en signant massivement sa pétition.

Signer la pétition

Plusieurs dizaines de militants marchent depuis Vintimille pour atteindre Calais. Ils marchent pour l’accueil des migrants, contre le « délit de solidarité », contre le blocage de la frontière franco-italienne et de la frontière franco-britannique.

Ils seront dans notre région : à Steenwerck le 3 juillet, à Hazebrouck le 4 juillet, Grande-Synthe le 5, Gravelines le 6 et Calais le 7 juillet.

Des organisations, issues de la « Marée Populaire » dunkerquoise, appellent à accueillir dignement les marcheurs à toutes les étapes, mais aussi à soutenir les associations locales qui œuvrent dans l’ombre tous les jours aux côtés et avec les réfugiés, pour combler les manquements graves de nos gouvernants et offrir un accueil digne de ce que notre pays est en droit et en devoir de leur fournir.

Parce qu’aujourd’hui en France la répression touche tout autant : Les réfugiés, enfants, femmes, hommes, Les bénévoles qui secourent les migrants pour « délit de solidarité » Les militants du mouvement social et du syndicalisme inquiétés par la justice, que le gouvernement criminalise afin de passer en force à chaque fois qu’il y a un mouvement de résistance. Il veut nous diviser !!

Les migrants ne sont pas des adversaires mais (...)


Communiqué FSU - Les Lilas le 29 juin 2018

Se tenait aujourd’hui à la Fonction publique le premier chantier « Dialogue social » à propos des droits et moyens syndicaux dans la Fonction publique.

Le gouvernement dit vouloir « valoriser l’engagement syndical » par une campagne de communication. Pour la FSU, la reconnaissance et le respect des organisations syndicales, du rôle des représentants des personnels, ne relèvent pas tant de la communication que de droits et moyens alloués et respectés par tous les employeurs.

Elle constate par ailleurs que le dialogue social pratiqué aujourd’hui par le gouvernement dans la Fonction publique ne donne pas une image valorisante comme en témoigne par exemple le dernier rendez-vous salarial.

La FSU a rappelé son désaccord sur le projet du gouvernement de fusionner les CT avec les CHSCT et de vider les CAP de leurs compétences. Ces mesures n’iraient pas dans le sens de l’amélioration du dialogue social dans la Fonction publique.

Elle a insisté sur le rôle indispensable que jouent les organisations syndicales dans les instances aussi bien pour les agent-es que pour le bon fonctionnement des services.

Lors de cette réunion de travail, la FSU a développé à nouveau les sujets et propositions qu’elle (...)


Le premier groupe de travail sur l’évolution de la rémunération des agents publics s’est tenu hier. Il était présidé par la DGAFP.

Le gouvernement a présenté les pistes envisagées à partir d’un constat non partagé et d’objectifs contestés par les organisations syndicales : inscrire le pouvoir d’achat dans un cadre « soutenable de budget contraint », modifier la structure des rémunérations en donnant plus de poids aux indemnités et moins au traitement indiciaire, reconnaitre plus le « mérite » comme levier de gestion des ressources humaines. Les documents fournis donnent l’impression que la rémunération des agents ne cesse d’augmenter du fait de déroulement « automatique » de carrière.

La FSU, comme l’ensemble des organisations syndicales, a dénoncé le caractère idéologique des axes choisis par le gouvernement pour aborder cette concertation.

Elle a vivement critiqué la présentation des sujets et la manière dont ils sont traités, toujours à charge pour ce qui est de l’indiciaire et des composantes telles que la NBI, le supplément familial ou l’indemnité de résidence que le gouvernement voudrait remettre en question.

La FSU a rappelé que depuis vingt ans, le pouvoir d’achat des agent-es a connu bien des dégradations (...)


Emploi, salaires, pensions... la politique économique et sociale du gouvernement creuse les inégalités au profit des plus fortunés et met à mal les solidarités notamment en dégradant l’action des services publics.

La FSU apporte son soutien aux secteurs mobilisés et qui seront dans l’action le 28 juin prochain.

Alors que le monde du travail subit de profondes mutations qui trop souvent se font au détriment des salarié-es mais aussi des usager-ers, la FSU juge indispensable que le mouvement syndical partage mieux ses analyses et propositions pour peser sur les politiques actuelles et créer les conditions d’une autre politique.

Manifestation , Lille, 14h30, Porte de Paris


La FSU 59/62 appelle avec l’ensemble des associations et des appelants à la marée populaire du 26 mai à participer à l’accueil festif de l’étape lilloise de la marche des migrants Vintimille –Calais , le samedi 30 juin à Lille, 14h , Porte d’Arras.

Cette marche Solidaire Citoyenne pour les migrants de Vintimille à Calais aura parcouru 1 400 km pour « protester contre le blocage des frontières, contre le délit de solidarité et plaider pour un accueil véritable de migrants » et « pour montrer que le peuple français est bien différent de son gouvernement et que pour lui les valeurs de solidarité et de fraternité ne sont pas des mots vains ».

14h, Accueil collectif Porte d’Arras et départ commun en manifestation jusque la Place de la République- où aura lieu une prise de parole de l’Auberge des Migrants –avant la reprise de la manifestation jusqu’à la gare.

Dimanche 1er juillet, Auberge espagnole collective au Jardin Vauban à Lille à (...)


Monsieur le Ministre,

Huit organisations syndicales représentatives dans la Fonction publique exigeaient pour le rendez-vous salarial qui s’est tenu hier des mesures qui auraient dû permettre une réelle amélioration du pouvoir d’achat pour toutes et tous les agent-es. Elles demandaient des discussions sur la fin du gel de la valeur du point d’indice et sa revalorisation, le rattrapage des pertes subies, l’abrogation de la journée de carence, la compensation pérenne de la hausse de la CSG, le respect des engagements en matière d’évolution de carrière, l’amélioration des déroulements de carrière…

Rien de tout cela n’était à l’ordre du jour.

A l’inverse même, vous y avez confirmé le gel de la valeur du point d’indice pour 2019, élément déterminant pour le calcul de la rémunération de plus de cinq millions de fonctionnaires refusant ainsi toute mesure générale malgré une hausse de l’inflation.

La plupart des annonces que vous avez faites par ailleurs ne sont pas des mesures salariales (y compris certaines qui étaient déjà annoncées ou prévues) et leurs portées seront bien minces pour l’ensemble des personnels.

Votre décision est injuste. Elle tourne le dos à la nécessaire reconnaissance du travail et du rôle (...)


Communiqué FSU - Les Lilas le 16 06 18

Depuis des années, la Méditerranée est devenue un cimetière de migrant-es. Loin d’être une fatalité, il s’agit du résultat de politiques désastreuses qui entraînent conflits et régressions économiques et sociales dans les pays les plus fragiles. Des milliers de personnes sont amenées à quitter leur pays, arrivant en Libye où elles se trouvent piégées et soumises au travail forcé, aux tortures et au viol de la part d’exploiteurs de la misère humaine.

L’association SOS Méditerranée mène, avec son navire humanitaire Aquarius, des opérations de sauvetage de personnes qui ont tenté de fuir la Libye à bord de fragiles canots. Depuis une semaine, 629 rescapé-es de naufrages, dont des blessé-es, des femmes enceintes et des enfants, étaient à bord et devaient être débarqué-es selon les procédures habituelles. Les sauveteurs se sont heurtés au refus des autorités maltaises puis italiennes. Le navire se trouve donc contraint à une longue navigation pour rejoindre le port espagnol de Valence.

Alors que des ports français se trouvent sur le trajet, le gouvernement n’a pas souhaité faire preuve de la plus élémentaire humanité. Cynique, il a même dénoncé l’attitude de l’Italie, oubliant que, à la frontière italienne, la police (...)


Des dizaines de milliers de retraités ont, après les manifestations des 28 septembre et 15 mars, manifesté à l’appel des 9 organisations nationales dans plus de 100 villes de France pour exprimer leur colère. Les « remerciements » du président Macron ne peuvent faire oublier le dédain qui leur est réservé : pas de réponse à leurs demandes d’entrevue et à leurs courriers.

Chaque jour, les retraités nous disent leur colère devant les prélèvements CSG qui frappent leurs pensions alors que le gouvernement multiplie les cadeaux fiscaux au détriment des services publics et de la Sécurité sociale. Ce « pognon »-là est celui qui manque aux retraités, aux malades dans les hôpitaux et les EHPAD, aux services publics en général.

Comme l’a encore prouvé la journée du 14 juin, la majorité actuelle serait pourtant mal avisée de croire que les retraités se résignent.

Déjà des dizaines de milliers de pétitions sont signées. Les retraités vont poursuivre leur action et utiliser la période des vacances pour faire signer leur pétition et ensuite rendre visite aux députés et sénateurs afin de leur rappeler leur demande d’une loi de finances rectificative qui :

- annule la hausse de la CSG pour tous

- mette fin au gel des pensions (...)


Communiqué FSU - Les Lilas le 15 juin 2018

Lors de la nouvelle réunion de travail sur l’avenir des CHSCT à la Fonction publique, la FSU a, une nouvelle fois, dénoncé la méthode de dialogue social du gouvernement : document de travail non distribué à l’avance empêchant les organisations syndicales de préparer les réunions, calendrier de concertation trop serré, aucune réponse apportée aux questions posées, de réunions en réunions les mêmes scénarios sont proposés par l’Administration...

La FSU a demandé une nouvelle fois au gouvernement un scénario (dit scénario 3) qui préserve les CHSCT.

Le gouvernement propose pour sa part un scénario d’une nouvelle instance qui intégrerait les CHSCT.

Lors de cette réunion, la FSU a rappelé son exigence du maintien et du renforcement des CHSCT tant ils sont indispensables aujourd’hui dans la Fonction publique. Elle a redit son désaccord sur le projet gouvernemental et est intervenue fortement pour que soient préservées les compétences, le rôle des représentant-es des personnels et le fonctionnement des CHSCT.

La FSU appelle les personnels à signer massivement la pétition qu’elle a mise en place sur son site pour demander le maintien des instances de dialogue social nécessaires aussi bien au bon fonctionnement des (...)


Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais,

Charlène Mayamba-Kosi est une jeune femme congolaise de 19 ans, mère célibataire de jumelles de deux ans. Elle est arrivée en France fin 2015 à la suite de graves maltraitances et a été prise en charge par le département du Nord, qui l’a confiée au foyer Anne Frank de Saint-Omer.

Elle a sollicité l’asile mais, faute de preuves concernant le danger qu’elle encourt au Congo, celui-ci lui a été refusé par l’OFPRA puis par la Cour Nationale du Droit d’Asile le 9 avril de cette année. Son avocate a envisagé d’intervenir auprès du Conseil d’Etat mais elle n’a pas pu bénéficier de l’aide juridictionnelle.

Charlène a entamé des démarches auprès de l’ambassade du Congo à Paris afin d’obtenir un passeport et de pouvoir demander un titre de séjour à la préfecture du Pas-de-Calais mais elle a reçu une obligation de Quitter le Territoire Français le 2 juin dernier avant de pouvoir déposer son dossier.

A son grand regret Charlène n’a malheureusement pas été scolarisée depuis son arrivée en France mais elle suit assidument des cours de français à la Croix Rouge. Son projet est de suivre à la rentrée une formation de CAP afin d’obtenir une qualification qui lui permettra de trouver un emploi et (...)


Mercredi 13 juin à 17h

Fédération des Amicales Laïques (F.A.L) de Roubaix

20 rue de Lille, Roubaix

(Métro Roubaix-Charles de Gaulle). Appel aux lycéens


NOTRE ACADÉMIE, ON Y TIENT !

NON À LA FUSION DES ACADÉMIES DE LILLE ET D’AMIENS !

La FSU Hauts de France interpelle le ministre de l’Éducation nationale !

Dans un rapport publié le 13 mai, l’Inspection générale de l’Éducation nationale fait un bilan de la mise en œuvre des régions académiques créées en 2015, conséquence de la réforme territoriale mise en place la même année. Les rapporteurs affirment qu’il est nécessaire d’aller plus loin. Ce rapport préconise d’arriver à l’horizon 2021 à 13 académies métropolitaines dont la carte se superposerait à celle des 13 nouvelles régions. En ce qui concerne les académies de Lille et Amiens, la fusion est préconisée dès 2020.

Le rôle du Ministère se limiterait à la ventilation des moyens aux académies des grandes régions. Le Recteur unique de Lille aurait toutes les compétences : gestion des personnels, budgets, carte scolaire, carte des formations …Il aurait par ailleurs une grande latitude dans la définition de la politique éducative régionale. Les conséquences en terme de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées et lycées professionnels pourraient être dramatiques .

Le rapport préconise également de réexaminer la carte des circonscriptions du 1er degré, d’expérimenter (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce



2013-2018 © FSU Nord - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11